Morgan Guillou

Morgan, participant à “THE VOICES” 2023, ou l’itinéraire d’un passionné de musique, sur les traces de son grand frère Mister Mat. Il chante avec sa guitare acoustique, le folk, qui l’accompagne tous les jours de sa vie. Un moment simple, vrai, hors du temps, avec l’envie de partager ses chansons qui vous transporteront délicatement en voyage.

Justine Blue

Il nous manquait une voix comme ça en France. La voici, une vraie voix soul, jazz, blues, d’aujourd’hui.

Qui n’a pas appris à chanter avec Céline Dion ou Lara Fabian, mais avec Koko Taylor, Etta James, Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan…
Qui a mûri à l’école de la rue puis sur toutes les scènes de France et d’ailleurs, des plus petites aux plus grandes. A l’ancienne. Une voix qui, aujourd’hui, évoque celle de grandes dames comme Joni Mitchell ou Rickie Lee Jones…

Le mot clé est ici soul, l’âme : la voix de Justine est chargée de soul, et le jeu de son groupe aussi. Constitué d’excellents musiciens – Enzo Taguet (guitares), Romain Delorme (basse), Toussaint Guerre (claviers, saxophone), Pedro Coudsi et Curtis Ella Foua (batterie) –, il pratique un groove léger mais implacable, plein de swing, au parfum rhythm’n’blues évoquant des formations mythiques comme Little Feat ou The Neville Brothers.
Ajoutez à cela des chœurs et des cuivres superbes, arrangés façon Al Green, et vous obtenez un album qui sonne d’enfer. International. Normal, puisqu’il a été produit par Neil Conti, grand sorcier anglais du rythme et du son (ex-batteur de Prefab Sprout, de David Bowie et de tant d’autres), dans son studio du Sud de la France.

Ce premier album de Justine Blue, True, contient treize titres fabuleux. Onze originaux qui sonnent comme des classiques et deux covers qui annoncent la couleur et placent la barre très haut : Willie And The Hand Jive, joué non pas à la façon lymphatique d’Eric Clapton, qui l’a popularisé, mais dans la version originale de son compositeur, Johnny Otis, et Yellow Moon, des Neville Brothers. Chanter cette dernière après Aaron Neville, il fallait oser. Justine et son groupe l’ont fait, et s’en sortent haut la main. Ça groove de façon infernale et la voix de la chanteuse est un pur délice.
Le reste est à l’avenant, avec des titres qui accrochent l’oreille et donnent envie d’y revenir. Il y a même un hit en puissance, Gold In Our Hands, qui évoque par son rythme et son ambiance cool l’atmosphère festive du All I Wanna Do de Sheryl Crow. Justine : Tu me compares à elle quand tu veux ! J’ai beaucoup baigné dans le rhythm’n’blues New Orleans, mais aujourd’hui, ma musique devient plus pop, se simplifie, c’est ce qui sort.
True, qui ouvre l’album et lui donne son titre, avec son refrain entêtant, donne le ton des textes de ce disque : Je suis dans une quête de vérité, d’honnêteté, ça m’importe beaucoup. J’en parle dans ce titre, ‘I’ve got to listen to my heart / I’ve got to follow what I feel’. Il y a des histoires personnelles, pas forcément très heureuses. Mais j’ai envie d’en découdre, de délivrer un message positif, il y a toujours un espoir derrière tout ça. C’est ce que les bluesmen recherchent. C’est ça qui me plait, je ne suis pas trop dans la déprime quotidienne.

Car Justine vient du blues. Avec ses divers groupes précédents, elle a remporté le premier prix révélation du Tremplin Blues sur Seine, joué dans des festivals, tourné jusqu’au Canada. Puis, en 2020, elle a tout rassemblé sous ce seul nom, Justine Blue. Un premier EP a été l’occasion de découvrir l’équipe de l’album : J’ai rencontré Neil Conti il y a six ans, je suis allée faire mon EP chez lui, avec Jeff Fernandez, son ingénieur du son, qui est excellent. J’ai adoré ce binôme et donc je suis revenue. Entre temps, j’ai aussi jammé sur scène avec Lazy Sundaze, le supergroupe de Neil qui jouait dans un club tous les dimanches, comme à Londres, avec les meilleurs musiciens de la région et d’Angleterre venus improviser sous sa direction. Pour l’album, comme Neil est anglais, j’en ai profité, s’il y avait un petit souci au niveau de mes textes, ou de la prononciation. On a aussi fait les arrangements de chœurs ensemble, et il joué des percussions et drivé le batteur. Et tout ça s’entend ! Rares sont les groupes français qui jouent aussi naturellement cette musique. Et très rares sont les chanteuses de chez nous qui maîtrisent aussi bien leur voix et leurs textes en anglais.
Aujourd’hui, sur cet album, le blues n’est plus qu’une toile de fond. On navigue entre ambiances jazzy (What Am I To Do), funky (No Filter avec son phrasé parfait, aux confins du rap), soul (Rock Me Baby) et ballades à fendre l’âme (It Makes Me Feel Alright et ses cuivres divins, I Thought I Was Alone et sa sublime mélodie acrobatique, un autre hit en devenir).
Il y a même un morceau enregistré live en studio, B.B.B.B.B. (Bye Bye Big Bad Blues), une improvisation hallucinante à trois (guitare, batterie, chant), absolument jouissive, qui donne une bonne idée des capacités de la chanteuse et de son groupe sur scène, où, à l’aise comme des poissons dans l’eau, ils raflent régulièrement la mise, au plus grand bonheur des spectateurs enchantés : spécialistes ou pas, tout le monde se laisse emporter.

Le disque se conclut sur une chanson très émouvante, un final parfait – embelli par un solo de guitare absolument céleste, comme si David Gilmour se lançait dans une improvisation jazz –, Fallin’, dont le thème touche particulièrement Justine : Voir les gens dormir dehors, c’est un truc qui me choque. Le fait d’avoir chanté dans la rue m’a bien sûr sensibilisé à ça. Il y a des rencontres festives, où c’est plus un choix, une expérience de vie, une dramatisation, ou une fuite, de la famille, du cocon, un endurcissement volontaire. Mais pour d’autres, c’est vraiment la décrépitude, tout allait bien, ça tenait sur un fil et ça a craqué. Ce sont souvent des personnes qui ont une grosse sensibilité. J’avais envie d’en parler. C’est cette sensibilité qui nous fait vivre, qui fait l’art, les relations, la vie.

https://m.facebook.com/justineblue.official

Paris New-York Duo

Deux musiciens professionnels réunis autour d’un duo original, 100% live. PARIS NEW-YORK DUO c’est une voix, une basse et un pédalier qui donne le rythme, les seuls dans la région. Ils reprennent les plus grands standards qu’ils revisitent à leur façon sur des rythmes bossa-nova et jazz. Le duo partage avec générosité sa musique sur plus d’une centaine de dates en France. Ils disposent de leur matériel de sonorisation pour une diffusion jusqu’a une centaine de personnes. Aussi, ils s’adaptent à la demande, c’est pourquoi PARIS NEW-YORK DUO propose différents répertoires.

 

SOFI ECEIZA

Chanteuse de variétés, Sofi fut choriste dans « Gospel pour 100 voix » à Paris. Choriste également sur différents plateaux télévisés aux côtés de Garou, Pavarotti, Dutronc etc. Elle a travaillé pour Michel Legrand et elle s’est perfectionnée à l’école des variétés «Studios Alice Dona». Elle est devenue meneuse de revue dans diverses troupes de Cabarets Parisiens et en Hauts de France. Elle a un temps été chroniqueuse à la radio ” Cool Gospel de Montréal.”

 

OLIVIER JACQUELINE

Bassiste et arrangeur, diplômé en jazz aux Conservatoires de Lille et de Dunkerque après y avoir étudié auprès du contrebassiste Yves Torchinsky et du pianiste Philippe Michel. Il sillonne les scènes de France en y jouant tantôt du rock (Woodstock Experience), des variétés, du blues (Blues Eaters) et du jazz (Marc Ducarne, Eric Comere). Pendant plus de 15 ans, il a également transmis avec passion, la musique et la pratique instrumentale, en enseignant dans diverses écoles de musiques.

Simone de Boy

Simone de Boy est une chanteuse de pop française pleine de tendresse et de sensibilité à la voix tantôt douce, tantôt puissante, toujours envoûtante, pour nous chanter ses textes qui parlent d’amour et d’une quête au bonheur.

Ely Pineda

Ely Pineda est une chanteuse de musique latine avec son univers bien à elle entre la traditionnelle et la modernité. Cette artiste chilienne a une voix envoutante.

Ses compositions nous racontent des histoires d’ici et d’ailleurs, histoires d’amour, de femme, d’immigration…. De la vie !

Elle mélange espagnol et français, fantaisie et réalité, des rythmes variés comme la cumbia y el folklore chilien fusionnent avec des sonorités plus modernes comme l’électro, qui apportent une couleur intense et unique à son univers World- Latino-américain.

The Rockidz

4 enfants du Rock bercés au son alternatif des années 90 interprètent sur scène les plus grands tubes pop-rock des 80’s à nos jours.
Voyagez dans le temps et reprenez avec le groupe les refrains d’artistes planétaires comme Lenny Kravitz, Red Hot Chili Peppers, The Cure, Police, Gossip, U2, Bruno Mars, Daft Punk, AC/DC ou encore Nirvana !
Vous l’aurez compris, chaque concert des Rockidz est une grand-messe musicale pour tous les amoureux du live. Foofy au chant, Mister Gey à la guitare, Nicoach à la basse et Ben à la batterie vous invitent dans leur show électrisant !

https://m.facebook.com/rockidz

Les 2 têtes

« Un spectacle complet, un moment unique ! » Voici comment est résumé le spectacle des 2 têtes, composé de Kevin Alisson, chanteur, pianiste, percussionniste et arrangeur et de Geoffrey Not, chanteur et guitariste. Ces deux-là, nous font voyager entre la pop, le rock en passant par la funk. La particularité ? Elle arrive tout droit de la variété française, réadapté et réarrangé au goût du jour.

https://m.facebook.com/people/les-2-têtes/100063626586510/

 

Antes & Madzes

Jonglant avec les sonorités, puisant leurs sources dans l’électro, la pop ou même le rock, Antes et Madzes, duo montant de la scène rap toulousaine, savent mettre des mots simples sur les maux complexes que rencontre cette jeunesse “moyenne“ qu’ils connaissent si bien pour en faire partie, entre problèmes et ambitions plus ou moins réalistes, plus ou moins réalisables.

Leurs sources d’inspiration ? Eux avant tout avec leur vécu et leur quotidien, mais également le monde qui les entoure, les interactions avec les autres, les problèmes qu’ils relèvent et ce qui les dérangent même s’ils cherchent toujours à en parler sous une forme légère.

Mêlant à la perfection leurs voix et leurs influences différentes, ils ont fait le plein d’histoires pour nous embarquer dans le long fleuve trop tranquille d’une humanité avec ses hauts et ses bas, sa noirceur et son humour, sa discrétion et sa volonté de briller envers et contre tout.

https://furax.fr/artistes/a-ntez

ZIA

Comment vous dire… Zia est un bon vieux groupe qui écume les clubs, scènes et soirées privées depuis maintenant plus de dix ans. Depuis le départ, l’idée a toujours été d’interpréter des standards de soul, rock et rhythm n’blues de manière personnelle et inspirée. Avec leur son authentique et vintage, les quatre musiciens délivrent chaque soir une performance unique – 100 % live – pour le plaisir de tous.

L’origine du projet est à l’initiative du guitariste Olivier Fédou (FMZ / Radiozero). Formé à Music Hall Toulouse et gonflé des expériences de nombreux groupes locaux, il décide de réunir des musiciens autour d’un concept simple : « le plaisir de reprendre à notre sauce des morceaux qu’on aime. »

Son ami batteur Dominique Rateau (Dick Annegarn / Prisca) est tout de suite séduit par l’idée. Le groupe démarre début 2004 et est alors baptisé Zia en référence à une ancienne tribu amérindienne aux valeurs humaines fortes.

Amandine Bourgeois était la première voix du groupe et ce jusqu’en 2008 où la nouvelle star fut révélée au grand public. Florence Anguera, qui la remplaçait de temps en temps, pris officiellement la place pendant un peu plus d’un an. Et enfin, en août 2009, Joal, appelée en renfort pour une occasion spéciale, prend le micro de Zia pour ne plus le lâcher depuis. 

A la basse, Fred Locci (Images) cède la place en 2005 à Daniel Grosso (Gilbert Montagné / Maurane). Daniel fera méchamment groover les planches avec Zia pendant presque dix ans et nous quitte malheureusement au début de l’année 2015. Sylvain Lamotte (Z-Star / Glasgow) alors de retour de son expérience londonienne, rejoint l’équipe et y apporte sa touche “class-vintage” pendant près de trois ans. 2018 voit l’arrivée d’Olivier “Babou” Rouquayrol (Natasha St-Pier/tournées Star Ac), il avait déjà participé à plusieurs side projects avec Dominique et Olivier, il intègre le groupe et y insuffle sa “groovy vibe” pour toujours plus de son et de passion.

https://www.livetonight.fr/groupe-groupe-musique-dj/12445-zia

BEHIND THE HILL

Cette formation originale est composée de deux talents aux voix puissantes et au timbre chaud qui vous transportent dans leur univers en revisitant avec poésie de grands classiques de la musique folk américaine. Un style épuré entre la folk et la country autour de guitare électrique et acoustique où ces deux voix s’entremêlent à merveille.

https://behindthehillband.wixsite.com/website